UNE-SIGNATURE-POUR-SAUVER-LA-VIE-DE-CLoe
Le 26 novembre 2020
Depuis 2016, 150 personnes touchées par des maladies liées aux pesticides ont contacté le Collectif de soutien aux victimes des pesticides de l’Ouest pour obtenir de l'aide : jusqu'à présent, 36 ont pu avoir leur maladie reconnue en maladie professionnelle ; 35 demandes sont encore en cours.

En parallèle, le Collectif porte un plaidoyer pour stopper l'usage des pesticides d'ici 2025 et mène d'autres actions de soutien auprès de familles touchées par les pesticides, comme celle de Cloé dont nous vous parlons ci-après.
Rassemblement de soutien : Trois victimes des pesticides demandent justice
Aujourd'hui à 14h devant le Tribunal Judiciaire de Rennes
Ce jeudi 26 novembre, 3 membres du Collectif de soutien aux victimes des pesticides de l’Ouest, atteints de maladies liées aux pesticides, se présenteront au Tribunal Judiciaire de RENNES, défendus par Me BARON :
  • Jean Claude, technicien agricole, atteint de parkinson, demande la reconnaissance de la faute inexcusable de son employeur, la SAS VEGAM (anciennement CORALIS).
  • Edith travaillait dans des serres à tomates ; atteinte de parkinson, elle conteste le refus de la MSA de reconnaître sa maladie comme professionnelle.
  • Christophe, paysan, est décédé à l’âge de 43 ans d’un glioblastome (tumeur cérébrale) ; Karine, son épouse conteste le refus de la MSA de reconnaître le glioblastome comme maladie professionnelle.
Retrouvez le communiqué de presse du Collectif via ce lien.
La vie d'une enfant vaut plus que tout !
Signez et relayez la pétition pour Cloé
cloe
Dessin réalisé par Cloé
Cloé, 11ans, souffre d'une leucémie lymphoblastique depuis octobre 2019. Privée de défenses immunitaires, elle doit vivre à l’écart de toute molécule chimique, dont les pesticides.
Et malheureusement pour Cloé et sa famille, le champs qui borde sa maison dans le lotissement de Kerbodig à Saint-Nolff, est en agriculture conventionnelle et fait l'objet de traitements chimiques. Face aux risques d'être exposée aux pesticides, Cloé a l'obligation de rester enfermée dans sa maison, fenêtres closes. Et impossible de déménager : les médecins interdisent de modifier l'environnement domestique auquel son corps est adapté.
C'est dans ce contexte que la famille de Cloé a pris contact avec l'association Saint-Nolff 21 et le Collectif.
Une forte mobilisation apportant de nouveaux espoirs pour Cloé et sa famille
En multipliant les moyens d'actions, les associations ont pu capter l'attention de la presse et exercer une pression suffisamment importante pour obtenir des engagements de la part des élus.
Ainsi, le 9 novembre, Mr BERTHO, adjoint au maire et lui-même agriculteur bio, s’est engagé auprès de Cloé, sa famille et les associations, à ce qu’à partir de cette date, il n’y ait plus de culture à recevoir des produits phytosanitaires dans la parcelle de 8 ha entourant la maison de Cloé et qu'elle devienne définitivement biologique au printemps prochain. Le soutien du sénateur Joël LABBE devrait également permettre à Cloé de bénéficier d'un enseignement adapté.
Poursuivons le soutien en signant et relayant la pétition
C’est avec un grand soulagement que famille et associations ont écouté cet engagement de Mr BERTHO et de la Mairie de ST NOLFF. Ils transmettent leurs remerciements à celles et ceux qui œuvrent pour rendre cette solution pérenne.
Ces bonnes nouvelles ne peuvent qu'inciter à poursuivre les actions pour sortir des pesticides. Des dizaines de familles sont probablement dans des situations similaires à celle de Cloé. Par ailleurs, un accord avait déjà été trouvé en mars dernier entre les différents acteurs pour que l'agriculteur arrête ses épandages sur une bande de 70m le long du lotissement. Il n'en avait rien été.
Nous appelons donc, en soutien à Cloé et à sa famille, à signer et à partager la pétition. Vous pouvez également imprimer la lettre ouverte via ce lien pour la faire signer autour de vous. A envoyer ensuite par mail via soutenir.cloe@gmail.com.
Contacts :
  • soutenir.cloe@gmail.com – 07 79 72 15 43
  • 56.saintnolff21@gmail.com – 06 30 85 72 39
  • victime.pesticide.ouest@ecosolidaire.fr – 07 83 02 43 04
Pour plus d'information :
Le communiqué de presse du Collectif Victimes Pesticides de l'Ouest
L'article du Ouest France
L'article du Télégramme
L'article du Parisien
Le reportage France 3
Rassemblement de soutien : Trois victimes des pesticides demandent justice
A la suite du documentaire « Bretagne, une terre sacrifiée » diffusé le 17 novembre sur France 5, le Collectif de Soutien aux victimes des pesticides de l'Ouest et Solidaires Bretagne demandent l'organisation d'une table ronde avec toutes les parties prenantes pour qu'une solution soit trouvée face aux scandales sanitaires causés par Triskalia (devenue Eureden)
CPCP
En vous souhaitant une bonne semaine,

A bientôt,
L'équipe CoBEN
Besoin d'un renseignement ? Une information à partager ?
Contactez-nous !
  • Par téléphone : 06 52 10 84 46 ou 02 99 30 76 39
  • Par courriel : courrier@coben.bzh
  • Au bureau : MCE, 48 boulevard Magenta, Rennes
Vous souhaitez adhérer et/ou soutenir CoBEN et nos actions ?

Rendez-vous sur notre site internet ou cliquez sur l'hermine !
Hermine
facebook twitter instagram